.

.

mardi 25 mars 2014

Play the Game.


Salut les candidats !

Vous êtes dégoutés ? Moi aussi bien sûr! Mais...il est temps de penser à la suite.

Ce que je constate depuis 5 ans c'est que Monsieur Georges Tron fait absolument tout ce qu'il veut dans cette ville et ceci sans aucun contrôle. Attribuer des marchés publics "qui laissent perplexe", travailler quand ça lui chante -et ça lui chante plutôt irrégulièrement - placer aux postes clé des personnes incompétentes mais serviles et bien sûr nous servir une communication municipale qui dénature totalement les faits et qui "matraque" un slogan: notre bonne gestion.

A Draveil, il y a trop peu de personnes qui suivent les dossiers, mettent leur nez dans les appels d'offres, et bien trop peu de gens pour dire ce qu'il en est aux Draveillois.
Vous le constatez, pendant les périodes électorales  les gens se méfient, saturent devant les avalanches de tracts, et tout ce qu'on dit passe d'une oreille à l'autre. Le message des opposants ne passe pas, parce que les Draveillois sont "imprégnés" pendant 6 ans par ce qu'ils lisent dans Vivre à Draveil. 

Aujourd'hui plusieurs dossiers importants sont à suivre dans la ville: les conservatoires, l'intercommunalité et bien sûr tous les projets d'urbanisme.
Vous vous êtes engagés auprès d'un candidat, maintenant il faut pérenniser votre engagement
Je sais qu'il y a parmi vous des compétences qui auraient été utiles à la ville. Malgré l'échec, ces compétences, vous devez maintenant les mettre au service des Draveillois. 

Ne laissez plus Monsieur Tron faire tout ce qu'il veut dans cette ville dans l'ignorance générale.

Alors, buvez le breuvage d'amertume jusqu'à la dernière goutte, mais ne tardez pas à vous remobiliser. On en parle bientôt avec bien sûr, tous nos nouveaux conseillers municipaux d'opposition !

mardi 4 mars 2014

Se foutre à ce point de nous: oui,à Draveil c'est possible.

La Revue du Sanglier est un blog essentiellement dévolu aux questions d'aménagement du territoire et de démocratie locale, mais cependant j'ai tenu à produire un article sur les "affaires", une fois les éléments établis par le procureur d'Evry. 
Simplement pour témoigner de mon émotion en tant que ...que dire..."personne" ?, "être humain"?  face aux comportements abominables du maire de Draveil envers les persoones fragiles.
Et parce qu'il me semblait impossible d'ignorer ces évènements qui ont considérablement perturbé la conduite des projets municipaux . 

Vous le retrouverez en cliquant ICI.

J'ai tenté -et je crois avoir réussi - d'aborder ce sujet dans un esprit républicain, en ne produisant que les informations utiles à la compréhension du dossier par les contribuables et les citoyens Draveillois. 
Notamment je n'ai en rien popularisé le nom des maîtresses de Georges Tron, stipulant plutôt au contraire qu'il fallait oublier le nom de ces dames pour se concentrer sur l'unique (ir)responsable qui leur avait donné le job.

Mais enfin, il a fallu être quand même un peu plus précis: en tant qu'habitant de Champrosay, je n'accepte pas qu'un dossier d'urbanisme difficile qui va générer d'importantes nuisances pendant la phase de chantier et altérer le cadre de vie local ait été confié à une "responsable des grands projets de la ville"  qui n'a pas la moindre expérience ni la moindre formation dans le domaine
Ce niveau zéro de la conscience professionnelle, ce je-m'en-foutisme absolu du maire de Draveil nous donnent une petite idée de la manière dont sera conduit ce projet s'il est aux manettes en 2016.

Je suis en train de consulter la liste municipale de Monsieur Georges Tron.

Comme il ne pourra plus verser de salaire à cette dame, il l'a prise sur la liste et elle va se retrouver adjointe appointée.

Oui,  Georges Tron , un homme qui se moque de nous dans les grandes largeurs et qui a bien l'intention de continuer.


dimanche 2 mars 2014

Georges Tron, il faudrait être fou pour dépenser plus. Deuxième partie: les transports.

Ça vous occupe la ciboulette,
De tant rêver aux ministères.
Pendant ce temps ils prennent perpèt'
Les usagers du RER.

(poète anonyme, Draveil, début du XXIème siècle)


Nous continuons l'analyse du bilan -et des promesses- de Monsieur Tron, aujourd'hui les transports en commun. Pour les petits nouveaux, vous pouvez retrouver la première partie de l'analyse du bilan de la mairie à droite de l'écran, dans l'encadré "articles récents".

Les transports, un sujet complexe qui implique nombre d'acteurs différents selon que l'on parle des RER, des transports scolaires ou intraurbains... nous sommes en Grande Couronne dans des zones de densité de population moyenne...les axes routiers locaux sont exigus et rendent difficiles voire impossibles les "sites propres" (les voies spécialement réservées aux transports en commun)...et il y a ce serpent de mer du 3ème pont sur le Seine...bref: un sujet qui s'insère mal dans un bilan municipal -la mairie ne trouve d'ailleurs pas grand chose à en dire- et aussi mal dans une analyse critique de ce bilan, et sur lequel on ne peut guère tirer de conclusion définitive. Mais enfin...j'ai retrouvé dans mes notes une phrase de Monsieur le Maire au conseil municipal, de celles qu'il aime asséner et qui ne me semble pas très très bien résumer la situation:

"à Draveil les lignes de bus relient parfaitement les quartiers aux gares".


FarPaitement ? J'avais déjà commis un article là-dessus: ce n'est pas vraiment l'avis de ceux qui- premiers utilisateurs des transports en commun- sont les experts du sujet: les jeunes. "Draveil et ses bus de merde" (c'est une citation) est l'un des sujets favoris des ados du coin sur Twitter. Voici quelques autres petits extraits de ma très conséquente collection:
          

  


Je passe régulièrement sur Twitter pour voir ce qu'on y dit de la ville de Draveil, j'en ai à peu près 140 comme ça, récoltés sur une année. Je préfère ne pas vous dire ce que l'on y dit de Monsieur le Maire.  
Pas vraiment en phase avec le discours officiel, n'est-ce pas ?

Dans cet article, nous examinerons l'activité globale de Monsieur Tron sur cette question, pas vraiment en tant que maire de Draveil mais en tant "qu'élu global" : (ex)député  , maire, président d'agglomération....représentant général  de notre collectivité.  

En résumé, sur les nuisances aériennes, un véritable activisme -le bon sens du terme - dans la première moitié des années 2000. Aujourd'hui Monsieur le Maire ne fait plus grand chose dans  dans le domaine mais difficile de lui en tenir rigueur: la ville de Draveil est peu exposée au risque de nuisance.
Malheureusement, il faut renverser complètement la vapeur sur la question des transports terrestres, notamment tout ce qui concerne les RER: le maire de Draveil fait preuve sur ce sujet d'une passivité -disons-le clairement: d'un absentéisme -qui confine à la faute professionnelle.

Vous apprendrez ce qu'est le SMITEC -le grand syndicat qui coordonne les missions "transports en commun" de toutes les agglomérations du voisinage...sauf la notre. Vous constaterez que si la ville de Draveil est très clairement concernée par la reconfiguration de la gare de Juvisy -LA gare de Draveil - elle ne s'est pas associée à l'enquête publique et globalement se préoccupe peu  voire pas du tout du sujet. Et c'est ainsi que des décisions qui nous sont défavorables sont "découvertes" par nos élus au gré des annonces des uns et des autres....


Nous parlerons de l'association des élus du RER D, à laquelle l'agglomération a adhéré mais où Monsieur le Maire brille par son absence (son absence totale) ainsi que de quelques questions locales:
-la ligne de bus vers Aquasénart qui a été mise en service ...un an et demi après l'ouverture du centre aquatique
-la sécurité des enfants, avec un évènement local qui bien heureusement s'est avéré au final sans gravité à Champrosay. Cet exemple illustrera l'une des -très mauvaises! -habitudes de fonctionnement de la mairie de Draveil: on n'anticipe jamais, on ne réagit qu'après l'incident, on fait du vite-fait-bien-visible au lieu de rechercher l'efficacité.


Le tout pimenté du ton enjoué et des petits montages photos rigolos qui font de La Revue du Sanglier le blog préféré de la mairie de Draveil. L'article à lire en cliquant ICI

Bonne lecture.

vendredi 21 février 2014

Georges Tron: il faudrait être fou pour dépenser plus.

Oui, je fais des efforts pour les titres. 

L'analyse du bilan, première partie: Coultoure, Peintoure, Littératoure.

Si vous vous rendez au marché et/ou si vous disposez d'une boite aux lettres -je dois couvrir à peu près 100%, là - vous n'avez pas pu échapper à l'armada des obligés municipaux distribuant leurs tracts. Je vous chante régulièrement dans ces colonnes ma joie et ma fierté d'être si bien informé des procès de Monsieur Tron, de Son sentiment envers les uns ou les autres, de Ses "aujourd'hui Je ne dis rien mais demain vous allez voir". De Ses complots, Ses amours, Ses enmerdes.
Ça me rappelle la chanson d'Aznavour  et toute cette information haut de gamme, toute cette palpitation de la vie municipale enrichit ma vie de minable. La ménagère de base lit Voici, moi, grâce à Monsieur Tron... je vis dedans.

Mais tout cela va changer. Enfin, pas tout de suite, il nous faudra encore subir un dernier avatar de cette vulgarité: monsieur Le Candidat nous promet des "révélations" sur ses adversaires, il va nous dire "qui ils sont vraiment". Comme dans ...Voici ? Ben oui, encore.



Enfin, le 16 mars, la mairie va offrir à l'admiration du peuple son progrââmmme. Dans la ville, l'attente est insoutenable. Déjà à la nuit tombée des millions de Draveillois se pressent dans la cour du château de Villiers, tentant d'apercevoir l'ombre du Grand Architecte penché sur sa table de travail. Youp'là, un petit coup de Photoshop, ça faisait longtemps:



Le 16 mars, c'est une semaine avant le premier tour. La mairie de Draveil va inonder la ville de tracts de luxe, dans une débauche de moyens: propositions chic-et-pas-cher-sans-augmenter-les-impôts, du "MOI ou le chaos" débité à grosses tranches, du "raisonnable mais ambitieux" et inversement. La routine, et tout ça dans des délais qui ne laisseront aucune possibilité d'analyse ou de débat. Il faut "stupéfier" la population. Les bêtes-à-voter
C'est intéressant de constater qu'au bout de 19 ans de mandat, Monsieur Tron n'a pas créé de lien assez sincère avec la population pour envisager un mode de fonctionnement plus serein et  plus respectueux. Mais c'est comme ça et à bientôt soixante ans...c'est cuit: ça ne changera jamais.

En attendant ce monument de la pensée municipale, il faut bien meubler notre temps de cerveau disponible. Que diriez-vous d'examiner les promesses du candidat Georges Tron en 2008 ? "Mon programme pour Draveil 2008-2014". Allez, la nostalgie, ça a du bon, offrons-nous un peu d'espérance à rebours dans ce monde de brutes. 

L'analyse du bilan municipal qui vous sera proposée dans les articles qui viennent ne sera ni exhaustive ni objective. C'est une contribution façon Revue du Sanglier, c'est-à-dire: vous proposer une approche différente de ce que vous offre l'opposition politique traditionnelle  et explorer les dysfonctionnements structurels du management municipal. Ainsi dans ce paragraphe consacré à la culture, certains aspects négatifs ne sont pas évoqués (par exemple, j'ai noté un net mécontentement des familles quant aux activités proposées aux enfants dans la ville), certains aspects positifs non plus (les subventions aux associations sont publiées par la mairie, la bibliothèque dispose d'un portail internet, la programmation du théâtre Donald Cardwell est ambitieuse ....). 

C'est parti.


à noter, voilà le constat en 2008:

et dans le somptueux bilan que vous avez reçu dans vos boîtes aux lettres, 6 ans plus tard:

Crac ! Moins cinquante associations, dans une petite ville de 30 000 habitants...bravo, bravo, applaudissements !


Les subventions au carnaval ont été annulées il y a trois ans parce que, je cite, "il y a plus de participants que de spectateurs". Voici des photos du carnaval de Montgeron:

en 2009

en 2013

Personne dans les rues en effet. 

Question: les habitants de Montgeron sont-ils différents des habitants de Draveil ? Un chromosome en plus ou en moins, je ne sais pas ? 
A Montgeron, le carnaval est promu par la municipalité. Dans les médias locaux, sur les pages Facebook des élus (ils publient des photos sympa, commentaires sympa, tout ça..leur job  d'élu) , et j'ai noté que l'événement  était annoncé sur un grand nombre de sites dédiés au spectacle, bref...Ils ont envie que ça marche. A Draveil, c'est simplement considéré comme une dépense.
La dépense on la "kill" pour annoncer que c'est-nous-qu'on-a-les-taux-les-plus-bas. Point barre. Aucun travail personnel de nos élus pour promouvoir le carnaval, en faire quelque chose d'assez ancré dans la ville pour que même en cas de baisse des subventions, cet évenement vive. 

Cette passivité des "troupes", c'est un problème de management: à Draveil, le chef "entraine" ses équipes. Mais il les entraine ...par exemple à inaugurer des permanences électorales à sainte-Geneviève des Bois, ou faire la claque à Viry Chatillon où Monsieur Tron essaie d'imposer une candidate contre l'avis des militants locaux (pour l'anecdote,la dame -Françoise Briand - a la qualité qu'aime Monsieur Tron: très peu charismatique -pardon madame...- , elle ne risque pas de lui faire de l'ombre en Essonne). Ou bien à il les "entraîne" à lancer la campagne des régionales ...2015. Vous voyez, ce genre de choses. 


Coucou Monsieur le maire ! Ça fait plaisir de vous voir. C'est donc que vous êtes quand vous n'êtes pas à la télé ou au tribunal ?!?

La vie municipale à Draveil, c'est comme la publicité: il faut connaître "comment ça marche" pour ne pas être (trop) trompé. En l'occurence, ce que j'essaie de vous faire comprendre ici, c'est que dans notre ville  les éléments de langage sont "nous, on ne fait pas de politique, on est trop occupés à être les bons gestionnaires sereins de la ville." 



"La politique" en fait...Monsieur Tron ne fait QUE ça à longueur d'année. 


Continuons à illustrer très librement les relations de la mairie de Draveil avec le monde culturel par un exemple d'actualité: les tribulations de l'association "Le Pied en Coulisse". C'est une association de théâtre très active: fondée en 1997, elle a produit et produit toujours de nombreux spectacles, participé à nombre d'évenements caritatifs avec notamment "la chaîne de l'espoir". Du jour au lendemain, cette association s'est vue privée de salle de répétition avec un préavis très court, une "initiative" de la mairie qui compromettait les spectacles en cours de production et tout simplement la survie de l'association.

Je vous invite à suivre les échanges entre le président de cette association et la mairie de Draveil, il les rend publics sur le blog de l'association. Mettez ce blog dans vos favoris, et passez de temps en temps prendre de leurs nouvelles, c'est la meilleure manière d'encourager les acteurs de la vie locale à favoriser cette excellente méthode de travail: la transparence !

Voici des extraits d'un courrier que Monsieur le Maire a expédié au président de l'association (octobre 2013). Lisez, s'il vous plaît.

Monsieur le maire s'exprime: "Lors de la fête des associations, j'ai souhaité vous saluer, comme l'ensemble des présidents présents ce jour-là et suis donc allé vers vous, pensant évoquer le problème de la mise à disposition par la ville de créneaux horaires pour les associations de plus en plus nombreuses à Draveil, ce qui nous pose une vraie difficulté en termes de disponibilité des salles municipales.

Bien que vous m'ayez vu, vous avez volontairement continué votre conversation avec un interlocuteur et je n'ai pas insisté, ne souhaitant vous importuner. Plus tard, je suis donc repassé tandis que vous échangiez toujours avec la même personne, bien identifiée, et vous n'avez toujours pas souhaité m'adresser la parole, ni même me saluer. Sans doute l'association "le pied en coulisse" n'avait-elle aucun sujet ou projet qu'elle voulait évoquer avec la mairie, et j'en ai pris bonne note".

Vous avez bien lu: le sujet est l'attribution d'une salle de répétition pour une association locale qui s'active depuis 17 ans dans notre ville et qui a des projets en cours. 
Monsieur le Maire est vexé que le président de l'association ait parlé avec une personne "bien identifiée" à la fête des associations. Un concurrent à la mairie j'imagine. Monsieur Tron "en a pris bonne note".
Quel mot vous vient à l'esprit quand vous lisez cette lettre de Monsieur Tron ? Cherchez bien, si vous avez des enfants ça vous rappelle forcément quelque chose. Ça y est, vous avez trouvé  le mot:

Continuons à lire.

(...) le 5 octobre dernier, lors de la présentation de la saison culturelle, vous avez cru bon, contrevenant totalement avec le règlement et la bienséance qui ont toujours prévalu lors de cette soirée, de prendre à parti publiquement la mairie de Draveil, livrant une version aussi erronnée que loufoque d'une soi-disant injustice dont vous seriez victime de la part de la municipalité.Ce comportement a choqué le public présent et m'a contraint à réagir pour rétablir la situation de façon objective."

Voici le texte qui a  bousculé la si douce sensibilité du maire de Draveil:
C'est ça, le "texte qui a choqué le public", la "version aussi erronnée que loufoque".

Voilà. Depuis, l'association rencontre toutes les difficultés du monde à obtenir des salles. Car, vous comprenez, ces salles sont tellement sollicitées. Effectivement:



Voici en gros comment ça se passe pour les associations culturelles, et voilà pourquoi la maison d'Alphonse Daudet, malgré sa participation très dynamique et innovante à la vie culturelle locale ne reçoit aucun soutien, pas même l'annonce de ses manifestations dans le journal municipal: à Draveil, il ne faut oublier de courtiser le Prince, et de préférence...dans les grandes largeurs.


Sinon le couperet tombe.

Accessoirement, cette lettre vous montre certaines petites recettes qui sont systématiquement appliquées à Draveil, et qu'il est bon de connaître. Nous quittons ici l'évocation déjà très digressive du monde culturel à Draveil, si la suite vous intéresse cliquez ICI.
Pour les autres, la deuxième partie de l'analyse du bilan sera consacrée aux transports. En attendant, chantons tous ensemble les louanges du leader qui  aspire à nous offrir 6 nouvelles années de bonheur. Car en vérité je vous le dis: Georges Tron, il faudrait être fou pour dépenser plus.

jeudi 21 novembre 2013

Soisy, Yerres, Corbeil, Le Coudray-Montceaux...La fibre optique, à Crosne maintenant aussi. Et pour les Draveillois, des cornes de plus en plus longues.




Lire le document complet en cliquant ICI (page 13 et suivantes)

Et à Draveil, du bricolage. Sur le dossier de l'internet, si important pour le développement des communes dans la décennie à venir, nous sommes en train de devenir les ânes du département.

Trop de travail pour le maire de notre commune? Non, la ville est constituée à 65% de petits propriétaires tranquilles et pas exigeants pour un sou. Pas de gros quartiers difficiles ni de grandes inégalités (ça se mesure, c'est le rapport interdéciles), pas de gare, pas de grosse entreprise, aucune charge de travail accaparante qui vienne justifier que le travail de Monsieur Georges Tron soit aussi bas de gamme.

Dernier "argument" produit par Monsieur le Maire au conseil municipal: la ville de Draveil serait trop étalée, trop peu dense en fait, il n'y aurait pas assez de clients au mètre carré pour les opérateurs.
Voici les densités de population de quelques villes du coin qui s'équipent cette année, en 2013:

Corbeil 3913 hab/km2, Crosne 3670 hab/km2, Yerres 2952 hab/km2. A Draveil c'est 3850 hab/km2. Le "coût à la prise" (cout de l'installation d'une prise de fibre optique chez un particulier)  a été calculé, il est dans la moyenne basse du département.

Mensonges au conseil municipal: +1

C'est la même chose sur tous les dossiers importants de la ville, et pire encore sur les dossiers d'urbanisme: la ZAC Centre-Ville ou Champrosay.

Sur le sujet de l'internet et des infrastructures numériques, j'invite les nouveaux lecteurs de La Revue à prendre connaissance ICI de l'appel d'offres passé par la mairie, étudié et analysé en détail  et ICI du dossier qui vous montre comment travaillent les équipes municipales sérieuses sur ce genre de dossier: en s'associant, ,en transférant la "compétence haut débit" (analyse, prise de décision et financement) à un échelon supracommunal, parce qu'une petite ville de banlieue, ce n'est pas la bonne échelle pour traiter de ce genre de sujet. En Essonne, c'est souvent la communauté d'agglomération ou les grands syndicats qui gèrent la distribution de l'électricité.
En faisant financer leurs études et leurs schémas directeurs par la Caisse des Dépôts et Consignations, en coordonnant et planifiant les travaux de voirie, en sensibilisant les contribuables à la nécessité de cet investissement, au travers des medias locaux (journal municipal, comités de quartiers, réunions publiques cela a été fait par exemple à Soisy et à Yerres).

Tout ce que la mairie de Draveil n'a pas fait. Ce deuxième dossier vous est proposé en version courte (2 pages) et longue (9).

dimanche 17 novembre 2013

Habitants de Champrosay, n'ayez pas la mémoire courte.



Voici un article rédigé d'abord  pour les habitants de Champrosay, mais aussi pour l'ensemble des Draveillois qui veulent en savoir un peu plus sur ce dossier et plus généralement sur les méthodes de travail de la mairie de Draveil. 

Depuis trois ans, Monsieur le Maire et ses troupes d'élite présentent dans toute la ville  les habitants de Champrosay comme "des privilégiés qui ne veulent faire aucun effort", des contre-tout, une bourgeoisie hautaine "qui ne veut pas du logement social". Heureusement, Georges Tron, , successeur direct de Charles de Gaulle et de Martin Luther King  est là pour faire régner la justice sociale et la bonne gestion.

La réalité est un brin différente. Champrosay est un quartier de classes moyennes, petits employés, petits cadres, salariés de l'hôpital public. Petits pavillons, lotissements, logements sociaux de l'AP-HP et d'Osica, et les inquiétudes des riverains n'ont pas grand-chose à avoir avec le logement social. 
Quand les habitants de Champrosay ont appris le projet - pas par la mairie, mais par des tracts anonymes- la contestation a pris rapidement une tournure politique et aujourd'hui je comprends pourquoi: on ne peut pas faire autrement avec Monsieur Georges Tron. 
Cet article a l'ambition de vous parler ...de tout le reste. Pas plus d'Olivier que de gauche ou droite dans ces quelques lignes.
C'est un bilan de ce premier chapitre du "dossier Champrosay" qui vous fera comprendre en quoi, à côté de tout questionnement politique ou tout "pour ou contre Tron", la gestion de ce dossier par la mairie de Draveil - ou plutôt par Georges Tron tout seul - suscite de très légitimes inquiétudes.

Cette étude a été menée il y a 3 ans, et tout ce que j'ai appris depuis n'a fait que renforcer ces inquiétudes: la recherche du moindre effort, le manque de cohérence dans l'appréhension des dossiers  importants et le manque de scrupules sont des caractéristiques constantes du management de notre inestimable premier magistrat.J'en ai fait de nombreuses fois le constat.

A la fin de ce long article, un chapitre proposera aux habitants du quartier quelques pistes de travail pour qu'ils puissent autant que possible avoir la main sur ce projet qui aura un très fort et très durable impact sur leur cadre de vie et la valeur de leur patrimoine. Car, n'en doutez pas, le projet n'est qu'ajourné: en 2016, le "dossier Champrosay" sera à nouveau sur l'ouvrage.
Les pistes que je vous propose sont valables quels que soient les résultats des élections à venir, elles s'appuient sur une ligne directrice que l'on peut résumer en une phrase: être vigilants, être exigeants, taper du poing sur la table lorsqu'il le faut mais aussi savoir s'inscrire dans une démarche constructive.  

L'article à lire en cliquant ici.

mardi 12 novembre 2013

Etes-vous de gauche ou de droite ?

Voilà quelque chose qui n'entre pas bien dans le crâne des militants de tout poil -qui veulent absolument nous inculquer leur définition du Bien et du Mal - mais beaucoup de Français sont un peu à gauche sur certains sujets, un peu à droite sur d'autres...Voici un petit test amusant en 12 questions (cliquez ICI)


Voici mes résultats:

Ah...zut. Moi qui comptais adhérer à 
"l'association des amis de Georges Tron".

Vous... ne connaissez pas "l'association des amis de Georges Tron" ? C'est normal, ce sont des gens très discrets.

Lisez La Revue du Sanglier.

jeudi 31 octobre 2013

Agglo et internet à Draveil: deux nouvelles ...raisonnablement bonnes.

Voici un article qui déroutera quelque peu les lecteurs, habitués à lire sur ce blog une critique sévère du travail municipal.
Mais...fustiger sans relâche le mauvais travail du maire de Draveil et .."oublier" de signaler des améliorations quand elles se présentent...je crois que ça manquerait de sens. Alors, campagne électorale ou pas, voici deux nouvelles..."raisonnablement bonnes":

La Revue du Sanglier a exploré un thème bien obscur, pas vraiment de nature à enflammer les foules mais jugé assez important pour justifier une étude: la communauté d'agglomération. Celle-ci est officiellement en charge pour le compte de Draveil de missions importantes: développement économique, transports, emploi, conservatoires, environnement...Personne n'en parle jamais, et cela ne se passe comme ça dans la plupart des autres villes.

La communauté d'agglomération Sénart Val de Seine a été très longtemps le plus mauvais élève du département en termes de communication institutionnelle: les dates des conseils n'étaient jamais annoncées, les délibérations n'étaient pas en ligne, il était quasiment impossible de savoir ce qui se passait dans cette collectivité. La Revue du Sanglier avait publié un article sur le sujet intitulé "Sénart Val de Seine, la collectivité la plus opaque du département".


L'agglo a récemment mis en ligne un nouveau site (www.casvs.org) qui est très bien. les dates de conseil sont annoncées, les délibérations sont téléchargeables individuellement.


Je sais, cela ne va pas remplir votre bol de céréales le matin, mais je ne vais pas vous faire un dessin: une collectivité qui fonctionne dans l'opacité, c'est une collectivité qui fonctionne mal et qui ne respecte pas ses administrés. Nous en savons quelque chose à Draveil.

Moralité: aujourd'hui, l'agglomération présidée par Monsieur Georges Tron n'est plus "la collectivité la plus opaque du département" et si pour une raison ou une autre vous êtes amenés à vous intéresser au travail local, vous aurez au moins les bases, en tous cas moins d'effort à produire que ce j'ai connu il y a 4 ans quand l'idée de La Revue du Sanglier a germé dans mon cerveau malade.
Vous aurez régulièrement sur ce blog des nouvelles de l'agglo.

Deuxième point: l'internet à Draveil. 

Ce sujet a été abondamment traité sur ce blog et vous savez ce qu'il en est : à Soisy, à Corbeil, à Yerres, de beaux projets de fibre optique jusque chez l'habitant. Maintenant, en 2013. Dans un certain nombre de villes de ce coin de l'Essonne, des projets de court terme (en 2015). A Draveil: rien, aucun boulot pendant des années.Opportunités de subventions ratées, travail solitaire à une échelle non pertinente (une petite commune), investissements non pérennes.
Monsieur georges Tron a servi toutes les bonnes raisons du monde pour justifier cet écart: c'est la faute à Vigneux, au conseil général, aux opérateurs, à la Terre entière. La réalité est que, sur l'un des rares dossiers un peu costauds qu'ait eu à traiter le maire de Draveil depuis bien longtemps, il n'a produit aucun travail, s'appliquant à des choses tellement plus passionnantes.



Un projet de réseau de fibre optique ne se conçoit pas à l'échelle d'une petite ville, les élus doivent travailler ensemble. Le "petit" maire de Soisy en a été capable. Le grandiloquent député-maire de Yerres aussi. Pas Monsieur Georges Tron, qui ne se mobilise sur des projets que s'il peut en tirer un bénéficie politique personnel: "c'est MOÂ qui l'a fait tout seul, Je suis le meilleur..."
Aujourd'hui, en termes de potentialités de développement et d'infrastructures, un véritable écart se creuse entre notre ville et celles du voisinage. Les particuliers souhaitant acquérir un bien immobilier, les petites entreprises de l'innovation qui souhaiteraient s'installer "au vert", les télé-travailleurs... tous ces contribuables qui produisent les richesses dont on besoin les communes ne vont pas manquer de le remarquer.


Mais: 

la mairie de Draveil étudiait , en gros deux scenarii: l'un très bas de gamme, qui consistait à équiper tout le sud de la ville sous un même nouveau dispositif. L'autre, plus conséquent, visait à équiper chaque quartier d'un nouveau NRA de montée en débit.
Cela demande de solides vérifications, mais il semble que ce soit ce deuxième scenario qui ait été choisi.
Clairement, l'amélioration sera très nette pour les quartiers aujourd'hui les plus mal desservis, en particulier Champrosay. L'équipement du sous-répartiteur de quartier VIG076 permettra d'équiper l'école de la rue saint-Anne dans des conditions qui, à priori, seront satisfaisantes. 




Assez pour pouvoir faire travailler les enfants en demi-classes sur des logiciels en ligne ? probablement.

Assez pour avoir la télévision par ADSL à Champrosay ? Probablement aussi.

Alors oui, c'est du mauvais travail, du vite-fait à la dernière minute avant les élections et ce dossier très concret met bien en lumière les défaillances du travail municipal. Mais en fin politique qui sait toujours retomber sur ses pattes, Monsieur Georges Tron a senti le vent du boulet et a su se débrouiller pour que "ça passe". Je crois qu'il travaille comme ça depuis très longtemps.

L'amélioration sera-t-elle perceptible dans le Sud de la ville ? A court terme, probablement OUI. Il fallait le dire. C'est fait.

Des nouvelles plus précises sur le sujet dès que possible.



samedi 28 septembre 2013

La ZAC Centre-Ville, début des hostilités.



Bonjour! C'est la rentrée de La Revue du Sanglier  et après avoir étudié en détail le dossier des infrastructures numériques à Draveil, nous allons aborder cette année la gestion par la municipalité des marchés d'urbanisme, en commençant par la ZAC Centre-Ville. 
Un sujet qui va nous occuper tout l'automne.Tout ce que vous lirez ici sur ce dossier est suivi de près par la mairie de Draveil, avec le doigt sur le bouton "avocats".

La ZAC. LE dossier dans lequel la mairie ne veut pas qu'on mette son nez. Sans le faire exprès,  la mairie de Draveil a totalement expurgé le site internet de la ville de toute référence à ce projet. Les revoici (cliquez ICI)

Vous le savez, la société attributaire de ce marché - soyons précis: de cette concession d'aménagement, la différence vous sera expliquée ultérieurement - a été mise en liquidation judiciaire, ce qui a bloqué le projet. La révélation de la situation financière de cette entreprise en septembre 2012 -par le modeste blog que vous êtes en train de lire - avait semé une belle pagaille à la mairie et avait conduit le maire de Draveil à l'annoncer officiellement dans le journal municipal.

Depuis janvier 2013, j'essaie d'obtenir comme la loi m'y autorise  les documents de l'appel d'offres (rapport d'analyse des offres, liste des entreprises admises à candidater, notation de l'entreprise etc ...) afin d'analyser en détail les conditions d'attribution de cette concession.

Depuis janvier 2013, la mairie de Draveil multiplie les manoeuvres dilatoires pour ne pas les communiquer. J'ai pu "goûter" à tout ce qui existe en termes de stratégies d'épuisement du demandeur:  non-réponses, demandes de précisions impossibles à apporter, arguments de dernière minute, échanges téléphoniques en cascade -où il faut, à chaque nouvel interlocuteur rappeler l'ensemble du dossier, etc etc etc...

vendredi 1 mars 2013

"Je suis seumé des bus de Draveil". Le premier article de La Revue écrit en langage de jeunes.


Lorsqu'il s'agit de se faire un avis sur la qualité des transports en commun à Draveil, les 12-18 ans sont incontournables. Alors, direction le médium favori de nos chères têtes blondes et brunes: Twitter.

Florilège:



Draveil: la seule ville d'Ile-de-France où l'on voit, en pleine journée, des gens faire de l'auto-stop....